Comment choisir un nouveau PERP ?

choisir un nouveau PERP

Certains contribuables cherchent un bon moyen d’économiser, en défiscalisant. Le PERP répond en gros ces besoins, mais l’arrivée des nouveaux PERP les oblige à faire le tour sur le marché de ce produit, et de bien choisir. Du coup, la question qui se pose, c’est de savoir comment choisir un excellent produit dans ce domaine ?

Un PERP, c’est quoi ?

Brièvement, un PERP, ou Plan Épargne Retraite Populaire, est un dispositif de défiscalisation, qui se présente sous forme d’un contrat, permettant de préparer une retraite. En effet, lorsqu’un contribuable ouvre un PERP, il peut effectuer un versement mensuel, qui lui permet de bénéficier d’une déduction d’impôt, tout en préparant un complément de pension, pour sa retraite. En pratique, la diminution du revenu annuel imposable dépend du montant de ses versements annuels et du TMI. Et le remboursement, au début de la retraite se fait en rente viagère.  

Un PERP performant

Tout d’abord, il s’agit d’un placement à long terme. Ainsi, une différence, apparemment insignifiante, de 1 % de rémunération peut se traduire par des sommes conséquentes au bout de 10, 15 ou 20 ans d’épargne. En effet, la qualité de gestionnaire de l’assureur concerné, le rendement de ses produits d’épargne, et son système de gestion, sont à considéré, car la performance d’un PERP en dépend. Du coup, il est nécessaire de voir la solidité, et la performance dans le temps, d’un PERP.

Un PERP à moindre frais

Un PERP à moindre fraisPour être sûr de faire un bon choix, il est important de connaître les différents frais liés à un contrat d’un PERP, comme, entre autres, les frais sur le versement, de gestion, ou d’arbitrage. Il faut noter qu’une surfacturation baisserait sûrement le rendement d’une épargne. Concrètement, il faut éviter les contrats qui présentent des frais très élevés. Par exemple, ceux qui offrent 4 % sur le versement, 1,5 % ou 2 % pour la gestion, 1 % pour l’arbitrage. En outre, il ne faut pas oublier de prendre en compte le fait que le contrat incorpore des frais prélevés sur la rente perçue, à la sortie du Perp. En effet, ces frais ne doivent pas dépasser de 3 %.

Un PERP transférable à moindre coût

L’un des atouts d’un PERP est son caractère transférable. En effet, à la différence d’une assurance-vie, ce dispositif peut être transféré d’un assureur à un autre. Toutefois, il faut bien réfléchir, puisque le transfert a un coût. L’indemnité va, selon les cas, de 2 à 5 % de l’encours du PERP. Pratiquement, si on change d’établissements, il ne faut pas que les frais de transfert n’atteignent pas le 5 %. Il est toujours possible de négocier avec l’établissement, en question, pour la prise en charge de ces frais.

Conclusion

Un PERP parfait est presque impossible. Tout dépend du souscripteur. À savoir, si ce dernier a un profil sécuritaire, ou prudent, dans ce cas, il faut choisir, par exemple, un PERP avec un bon fond Euros. Par contre, en cas d’un profil équilibré, ou dynamique, et que l’épargnant souhaite diversifier, le choix doit se pencher sur un PERP, offrant beaucoup d’unités de compte intéressantes. Le but, c’est de choir un PERP, à la fois, facile et rentable.